(00226) 20 98 06 35
info@univ-bobo.bf
universite
Université
NAZI BONI
Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
universite
Aller au contenu principal

Présentation

Université NAZI BONI

Présidence

Bienvenue et merci de visiter le site web de l’Université Nazi BONI (ex UPB) du Burkina Faso. Située à Bobo-Dioulasso et à Nasso à 400 km de Ouagadougou, dans le cadre agréable et paisible de la réserve naturelle de Dindéresso, l’UPB est un établissement public de l’Etat à caractère scientifique, culturel et technique (EPSCT) créé par décret n°2002-288/PRES/PM/ MESSRS/MFB du 29 juillet 2002. Elle est chargée :
1. de former les étudiants dans tous les domaines scientifique et…

En savoir plus
Université NAZI BONI

Présentation Générale

 

L’Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso comprend une école et quatre instituts placés chacun sous la responsabilité d’un directeur assisté d’un directeur adjoint. L’école et les instituts sont des établissements d’enseignement et de recherche ayant en leur sein plusieurs départements ouvrant sur des spécialités diverses.

Ecole Supérieure d’Informatique (ESI)
Institut Universitaire de Technologie (IUT)
Institut du Développement Rural (IDR)
Institut des Sciences de la Nature et de la Vie (ISNV)
Institut des Sciences Exactes et Appliquées (ISEA)
Institut Supérieur des Sciences de la Santé (INSSA)


L’Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) est située dans la région de l’Ouest du Burkina-Faso, plus précisément dans le village de Nasso à une quinzaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso, seconde ville du pays. Bobo-Dioulasso, ou ville de Sya du nom de son fondateur, est une région touristique qui accueille de nombreux visiteurs venus découvrir la mare aux hippopotames de Bama classée patrimoine touristique mondial, la mosquée de Dioulassoba, le village de Koro, et la Guinguette proche du site de l’UPB. La région est accessible par voie aérienne, ferroviaire et terrestre.

Création

19 septembre 1995, le décret n° 95-340/PRES/MESSRS crée le Centre Universitaire Polytechnique de Bobo-Dioulasso (CUPB).
16 mai 1997, adoption du décret n° 97-254/PRES/PM/MESSRS portant transformation du CUPB en Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB). La création de l’UPB répond à une politique de décentralisation de l’enseignement supérieur au Burkina Faso.

Statut et missions

L’Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso est un Etablissement public de l’Etat à caractère scientifique, culturel et technique (EPSCT), chargé d’enseignement supérieur et de recherche scientifique. Ce statut lui confère une autonomie scientifique, administrative et financière. C’est une université nationale qui a pour mission l’élaboration et la transmission de la connaissance pour la formation des hommes et des femmes afin de répondre aux besoins de la Nation. Cette mission s’entend dans le cadre de la politique de décentralisation de l’enseignement supérieur du gouvernement burkinabé et de la conquête du marché de l’emploi, la formation des cadres dans les filières professionnalisantes pour plus de productivité dans les secteurs socio-économiques et culturels. Pour y parvenir l’UPB s’assigne les objectifs suivants :

former des cadres dans tous les domaines en général et dans les filières professionnalisantes en particulier ;
conduire des activités de recherche scientifique et en vulgariser les résultats ;
élever le niveau technique, scientifique et culturel des étudiants pour une ouverture sur le marché de l’emploi et les secteurs de production ;
délivrer des titres et diplômes ;
valoriser les compétences dans tous les secteurs d’activité du pays.

Historique

 

C'est en septembre 1995 que le Centre universitaire polytechnique de Bobo-Dioulasso (CUPB) voit le jour (décret n° 95-340/PRES/MESSRS).

Pour répondre à une politique de décentralisation de l'enseignement supérieur au Burkina Faso, le CUPB est transformé en université polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) le 16 mai 1997 (décret n° 97-254/PRES/PM/MESSRS).

Depuis le 29 juillet 2002, l'UPB est un établissement public de l’État à caractère scientifique, culturel et technique (EPSCT) chargé d’enseignement supérieur et de recherche scientifique (décret n°2002-288/PRES/PM/ MESSRS/MFB).

En 2017, elle est renommée Université Nazi BONI, en l'honneur de Nazi Bon.

Organigramme

 

Les organes délibérants sont : le Conseil d’administration élargi ; le Conseil de la Formation et de la Vie universitaire impliquant la participation de la société civile ; le Conseil scientifique élargi aux structures de recherche non nationales.

Conseil d'Administration de l'université NAZI BONI


Le Conseil d’Administration assure la haute responsabilité de l’administration de l’université. Il est obligatoirement saisi de toutes les questions pouvant influencer la marche générale de l’université. Il délibère sur les principales questions touchant le fonctionnement et la gestion de l’établissement, notamment : il examine et approuve le budget, les comptes administratifs et de gestion et les conditions d’émission des emprunts ; il prend ou donne à bail tout bien meubles et immeubles ; il autorise le président de l’université à contracter des emprunts ; il fait toutes délégations, tous transferts de créances, il consent toutes subrogations, avec ou sans garantie ; il transfère ou aliène toutes rentes ou valeurs. Il acquiert tous immeubles et droits d’immobiliers ; il consent tous gages, nantissements, hypothèques ou autres garanties ; il autorise le recrutement des agents contractuels propre à l’établissement, conformément à la réglementation en vigueur. Le Conseil d’Administration se réunit au moins deux fois par an en session ordinaire sur convocation de son président dont le mandat est de (3) ans renouvelables et en session extraordinaire sur convocation de son président ou à la demande d’au moins un tiers de ses membres ayant voix délibérative et chaque fois que l’intérêt de l’université l’exige. En cas d’irrégularité, de mauvaise gestion ou de carence imputables au Conseil d’Administration, celui-ci peut être dissout par décret sur proposition du Ministre chargé de l’Enseignement supérieur. Avec ce décret de nomination l’installation du Conseil d’Administration (instance suprême), l’Université de Ouagadougou achève ainsi le processus de mise en place de ses structures statutaires ; ce qui devrait permettre d’atteindre l’un des objectifs de la refondation, à savoir : le renforcement de la capacité institutionnelle pour une gestion beaucoup plus transparente et démocratique. La mise en place du Conseil d’Administration intervient après celles du Conseil de la Formation et de la Vie universitaire (C.F.V.U.) en 2000 et du Conseil scientifique.

Le conseil de la formation et de la vie universitaire (CFVU)


Le Conseil de la formation et de la vie universitaire (CFVU) est l’instance qui délibère sur la définition de l’orientation générale de l’université : il est saisi des toutes les questions importantes concernant la vie de l’université. il propose aux autorités compétentes la création d’établissements d’enseignement de recherche ; il prépare les avant-projet l’université à l’attention d’Administration ; il approuve les statuts intérieurs des établissements il donne son avis sur toutes lui sont soumises par le Conseil d’Administration, le ministre charge de l’enseignement supérieur ou le président de l’université. Le Conseil de la formation et de la vie universitaire peut constituer en son sein des organes permanents avec des attributions spécifiques et des commissions ad hoc chargées de lui faire des propositions sur des questions intéressant la vie de l’université. Il est présidé par le Président. Il se réunit au moins une fois par trimestre en session ordinaire sur convocation de son président. Le président est en outre tenu de le convoquer à la demande écrite du tiers de ses membres ayant voix délibérative.

Le conseil scientifique


Cet organe, placé au centre des activités académiques, pédagogiques de l’Université NAZI BONI est une structure qui propose au Conseil de la formation et de la vie universitaire (CFVU) des politiques de recherche, de documentation scientifique ainsi que la répartition des moyens de recherche. Les membres du Conseil scientifique peuvent donc être consultés sur : les programmes de formation initiale et continue, la qualification à donner aux emplois d’enseignants-chercheurs ou de chercheurs contractuels ; les programmes et contrats de recherche proposés par les composantes de la communauté universitaire ; les demandes d’habilitation à délivrer des diplômes nationaux ; les projets de création ou de modification des diplômes d’établissement. Le Conseil scientifique compte 22 membres dont le président de l’Université de Ouagadougou, qui en est le président, les 3 vice-présidents de l’Université NAZI BONI, les directeurs des établissements d’enseignement (Unité de formation et de recherche, UFR), le représentant du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST), le représentant d’un organisme non burkinabè de recherche associé aux activités de l’Université de Ouagadougou (Centre international de recherche-développement sur l’élevage en zone sub-humide) et un enseignant de rang A par établissement.

La mise en place du Conseil scientifique, qui répond à l’esprit du décret n°  2000559§PRES§MESSRS/MF du 12 décembre 2000 portant statut de l’Université NAZI BONI, est un acte éminemment important pour la vie du temple du savoir. Ces statuts constituent les références juridiques et académiques pour le bon fonctionnement de l’université. Ils interpellent de ce fait, chacun des acteurs de la communauté universitaire afin qu’il apporte sa contribution à la réalisation des missions assignées, les objectifs étant le développement et l’épanouissement de l’institution commune. Dans ce cadre, les 3 instances décisionnelles que sont le conseil d’administration, le Conseil de la formation et de la vie universitaire et le Conseil scientifique ont pour mission d’assurer la manifestation de la bonne gouvernance, élément essentiel de la stabilité et de la qualité de l’enseignement à l’université NAZI BONI. Le Conseil scientifique est une instance dont tous les membres ont une voix délibérative alors que le CA et le CFVU comprennent des membres avec voix délibérative et des membres avec voix consultative.

En conclusion, la mise en place de ces instances suprêmes et démocratiques de l’université répond pleinement au souhait émis par le ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique aux toutes premières heures du processus de refondation, qui disait que la force de chacun se potentialise au contrat de celles des autres, afin que l’avenir de notre jeunesse ait le droit d’être rêvé sans complexe.